31 mars 2006

"Notre Histoire" (âmes sensibles s'abstenir)

"Une exposition sur la scène artistique française émergente"
Commissariat de Nicolas Bourriaud et Jérôme Sans
Palais de Tokyo, du 21 janvier au 7 mai 2006

Est-il vraiment encore utile d’écrire quelque chose de plus sur « Notre Histoire » au Palais de Tokyo ? Tire t’on sur une ambulance ? Achève t’on les oiseaux qui se cachent pour mourir ?
Je ne le crois pas et ne suis certainement pas adepte de l’acharnement critique, mais il me semble que les véritables enjeux de cette exposition, multiples et véritablement éclairant sur l’état actuel de l’art contemporain en France, n’ont pas été véritablement discutés, sinon pour être jugés à la va-vite lors de querelles de clans, typiques des luttes intestines du petit milieu de l’art français.

Car qu’est ce que « Notre Histoire » ? Une exposition spectaculaire, voulue par les politiques et les commissaires comme une espèce de plaidoyer pour un art français qui serait en mesure de se défendre sur la scène internationale. Une sorte d’explosion pop, ludique, aux niveaux de lecture simplistes, capables de mettre le monde et ses enjeux en boîte, rapide à consommer, à voir, à comprendre, à oublier, bref, de la culture jetable, aussi vite vue, aussi vite digérée.

Le plus étonnant sans doute, est que la sélection des artistes est au demeurant plutôt intéressante, en dehors du fait qu’elle fait la part belle aux habitués du Palais de Tokyo et à ses partenaires. Il s’agit en effet pour la plupart de véritables espoirs, formant une génération cohérente tant au niveau de l’âge que des problématiques évoquées, aux pratiques riches et aux points de vue pertinents. En effet ce que les commissaires du Palais de Tokyo ont toujours revendiqué, c’est-à-dire des œuvres au fort premier abord plastique, aux matériaux évocateurs, aux images choc, à la volonté de discourir sur le monde actuel dans toute son pragmatisme, se retrouve bien sûr dans « Notre histoire ». Ce qui est dommage, c’est la sélection même, car ont été choisies chez tous les artistes présentés les œuvres les plus simplistes dialectiquement parlant. Toutes les œuvres jouaient sur des oppositions binaires fond/forme (à l’exception de quelques-unes) formant alors un ensemble assez baudruché, à l’image de la pièce de Loris Gréaud, s’enflant et se dégonflant au milieu de l’espace central. Seul peut-être Saadane Afif a pris en compte le contexte pour produire une œuvre subversive dans le contexte global de l’exposition. Et encore, qui avait besoin d’une touche de cynisme supplémentaire, en de telles circonstances ? Le propos n’était-il pas seul déjà suffisamment dépressif et facticement festif, comme des gens qui se forcent à faire une fête sous prétexte que c’est le nouvel an et qu’il faut absolument fêter quelque chose ?

En même temps je suppose que ce que nous enseigne « Notre histoire » est finalement bien plus large que ce que l’exposition elle-même communique. « Notre histoire » mets en scène et cristallise en fait toutes les angoisses, les inquiétudes, les espoirs et les travers d’une scène française en constante émergence, car c’est bien cela son problème.
Ce qui ressort en premier lieu, c’est clairement une volonté affirmée de montrer que l’art français peut rivaliser en spectacularité et en qualité avec les grandes productions artistiques internationales, notamment allemandes, anglaises et américaines. Les artistes ont certainement envie de se démarquer de cette image conceptuelle et surtout, inachetable ! qui leur colle aux basques depuis Buren, Klein, support/surface, mouvements auxquels semblent d’ailleurs s’être arrêtés les collectionneurs d’outre-atlantique. Intention louable donc, et de surcroît partiellement en train de se réaliser (l’art français s’est plutôt bien vendu cette année, entre la Fiac et l’Armory Show). Le problème, c’est que le tout donne alors une impression étrange, celle que la France découvre le Pop en 2006 !
Ensuite, et cela est plutôt un point positif, l’exposition rend compte de l’envie des plasticiens de discourir sur le monde actuel dans tout son pragmatisme, dans toute sa complexité, avec son économie, ses gens, ses injustices, ses victoires et ses échecs, et de penser des utopies rêveuses ou actives, c’est selon, mais surtout proposant l’alternative. Enfin, si on se base sur les production habituelles des artistes présentés. Car les pièces elles-mêmes, je l’ai déjà dit, ne sont malheureusement pas les plus à même d’exhorter la virtuosité de leur auteurs.
Quant au parcours de l’exposition, il pêche par son… absence ! Les œuvres sont simplement juxtaposées sans souci d’articulation dialectique : les commissaires rêvent-ils de n’être que des simples « montreurs d’œuvres », auraient-il peur d’articuler un propos intellectuel quelconque ? Ou ont-il simplement envie de dédramatiser l’aspect un peu trop « intello » de l’art contemporain? De dire oui, nous sommes des marionnettes inoffensives et creuses, ne nous tuez pas, nous n’avons rien à dire ?

Pour conclure, si c’était la véritable question posée par « Notre histoire », l’art contemporain français a t’il sa place dans le réseau mondial ? Certainement, s’il assume sa part conceptuelle et énigmatique et ne se dilue pas dans un propos formel et pop qu’il ne maîtrise pas, de façon conceptuelle. L’art français doit assumer ses faiblesses et revendiquer ses particularités. C’est ainsi qu’il pourra se battre sur le marché international et diffuser ses propos pertinents et délicats, au demeurant. La France a toujours été une exception culturelle et a toujours eu un regard particulier sur le monde et c’est une place qu’elle doit conserver avec fierté. C’est ainsi que politiquement, n’en déplaise à monsieur Villepin, elle trouvera sa place dans le rayonnement international, en trouvant sa propre voie et non en copiant de façon dévoyée les modèle anglo-saxons qui de toute façon ne peuvent s’adapter au moule gaulois, contestataire par essence.

L’idée est alors que « Notre Histoire » est un formidable miroir de la situation actuelle de l’art français, et que nous serions bien idiots de ne pas en tirer des leçons et qu’il faut maintenant choisir son camp. Oeuvrer pour un art particulier peut-être parfois marginal en regard des marchés internationaux, c’est cultiver notre différence, proposer une alternative de pensée et de forme, car conserver la fonction critique de l’art n’est elle pas une des choses les plus importantes ? L’art n’est-il pas un des plus beaux outils pour appréhender le monde et ses réalités qui nous échappent ? Ne laissons pas les artistes se vendre et se soumettre à des règles qui ne sont pas les leurs. Ils doivent pouvoir conserver leur intégrité et leurs envies sans avoir peur de déranger ou d’être incompris. Le marché redémarre un peu et le public semble commencer à s’intéresser à notre monde mais ce n’est pas une raison pour se comporter comme des enfants en mal d’attention et nous mettre à nous tortiller timidement et dire ce que l’on attend que nous disions. Ne tombons pas dans le désir de plaire. Si la France a toujours eu une particularité, sinon un défaut, cela a toujours été de pouvoir dire haut et fort ce qu’elle pensait, quand bien même c’était contre tous, quand bien même elle avait tort. Alors, le Gaullisme comme salut de l'art contemporain français? C'est Sarko qui va être content.

2 commentaires:

david d-1 a dit…

ames sensibles s'abstenir de lire se blog...

Anonyme a dit…

Your blog keeps getting better and better! Your older articles are not as good as newer ones you have a lot more creativity and originality now keep it up!